Occasion photo : autres sources


Dans cette page : foires photo d'Île de France quelques autres foires photo petites annonces e-commerce

 
 

Foires en région parisienne

Bièvres

Le délire, le nirvanah, le must absolu : des exposants par centaines, plusieurs dizaines de milliers de visiteurs. Se tient le premier dimanche de juin sur la place du marché de ce charmant petit village, lieu du musée de la photo. Cette amorce dithyrambique écrite il y a près de vingt ans a quelque peu vieilli ... Bièvres n'a plus le même pep depuis l'avènement du numérique.

BievresEtalage à Bièvres

De tout, du reste, beaucoup d'appareils anciens (du tournant du siècle) encore plus de récents, des bidouilles à profusion ... et même des choses utilisables laissées dans le caniveau le soir pour alléger les cartons. Les Allemands, Belges, Hollandais et maintenant les Russes sont là pour vendre. Les Anglais et les Italiens, surtout pour acheter.

Les meilleures affaires se faisaient le dimanche matin à l'aube. Il faut maintenant s'y rendre le samedi après-midi; on murmure qu'il faudrait y aller le vendredi soir.

Bievres

Un mauvais endroit pour vendre pour les amateurs, mais on peut s'y débarrasser à petit prix. Attention au matériel d'origine douteuse si l'on achète.

S'habiller léger mais prendre une protection pour la pluie (c'est comme aux 24 heures du Mans, il y pleut toujours ...), prendre aussi à boire et un chapeau. Accès par la gare d'Austerlitz, on arrive à 500 mètres du saint des saints. Si l'on prend sa voiture, on se gare à plusieurs kilomètres et on marche pour s'approcher (hypothétiques navettes vite saturées).

Visiteurs étrangers : Attention à la date. En 1997 la foire fut retardée d'une semaine pour cause d'élections impromptues.

Vous pouvez maintenant vous renseigner à la source : site du Photo-club de Paris-Val-de-Bièvre et ses pages foire


Édition 1998 : la foire a eu lieu dimanche 7 juin.

La tendance se confirme : les affaires ont débuté le vendredi soir. Samedi en milieu d'après-midi les deux tiers des exposants venant de loin étaient déjà présents et les visiteurs nombreux. Le samedi est le jour des collectionneurs et des marchands. Dimanche, affluence un peu moins nombreuse qu'en 1997, surtout l'après-midi. Les prix de vente sont plutôt fermes. La fréquentation étrangère s'accroît, aussi bien exposants que visiteurs. Une bonne partie des exposants étrangers achètent également.


Édition 1999 : la foire s'est tenue dimanche 6 juin.

Le mauvais temps a détourné les badauds mais ni les mordus ni les professionnels. L'équilibre de la réunion s'en est trouvé affecté: dimanche l'ambiance était moins vibrante que d'habitude, l'absence de grande cohue ne conduisant pas à cet état second où tout est possible. Samedi, malgré une pluie violente, les affaires ont bien marché en présence de professionnels et de passionnés de plus en plus nombreux. La présence étrangère ne fait que se développer, représentant un tiers des marchands et 15 à 20 % du public. Les Allemands sont très nombreux, suivis des Anglais et de l'Europe du nord. Les Japonais sont de plus en plus visibles (une cinquantaine peut-être; acquéreurs très actifs mais exigeants - aucun n'est exposant).


Édition 2000 : la foire s'est tenue dimanche 4 juin.

Cette formule d'introduction est de moins en moins adaptée, car les transactions étaient bien entamées vendredi. A ce que j'ai entendu, certains étaient même la jeudi, jour d'Ascension ! Arrivé samedi en début d'après midi, j'ai pu constater que beaucoup de transactions avaient déjà eu lieu. Le temps maussade, quoique sans pluie, a, cette année encore, détourné les badauds du dimanche, mais les vendeurs s'en fichaient, car ils avaient déjà fait leurs affaires, qu'ils considéraient comme excellentes d'après plusieurs conversations. Aussi une bonne partie pliaient dés 15h30; je n'ai pas insisté au delà de 16 h, rien n'étant plus triste après l'excitation de la pleine foire que le remballage. Bref, le dimanche, c'est pour la drouille (ou presque). Drouille : marchandise de merde (argot de salle des ventes)

La présence des marchands étrangers se renforce encore, allemands en majorité. En sens inverse, les détaillants Foci de province (qui font du low-trading, si je me permets de résumer par cette expression de marketing le matériel de petit amateur), ne remplissaient même pas le secteur qu'ils réservent chaque année et leurs stands étaient encore plus désespérément ordinaires que d'habitude.

Il semblerait que le grand public se détourne, et que Bièvres devienne davantage un lieu d'échanges entre marchands, avec une présence soutenue d'amateurs connaisseurs.

Édition 2001 : la foire s'est tenue dimanche 3 juin.   Des contraintes familiales ne m'ayant permis d'y passer que quelques heures autour du dimanche midi, mon aperçu est assez limité. Deux choses m'ont frappé : la présence massive de vendeurs allemands et la fermeture anticipée de bon nombre de stands, certains dès 13h00. Visiblement les affaires étaient déjà faites. Une conversation de pros : "Il y en a assez, déjà trois jours qu'on est là !"

Édition 2002 : la foire s'est tenue dimanche 2 juin.   Les affaires valables étaient déjà faites samedi matin. Par exemple : un sympathique marchand anglais présentant régulièrement des produits attractifs n'avait déjà plus grand choix samedi à 11 h; il a plié vers 13 h et n'est même pas venu dimanche. Mais les retardataires pouvaient encore offrir utilement leur matériel à la vente dimanche matin. On plie de plus en plus tôt le dimanche après midi.

Édition 2003 : la foire s'est tenue le dimanche 1er juin.   Malgré le week-end de l'Ascension, il n'y avait en effet encore aucun stand de dressé le vendredi 30 après-midi. La consigne a été rigoureusement appliquée, et la vente n'a commencé qu'en début d'après-midi samedi, comme l'avaient annoncé les organisateurs. Bonne affluence, en particulier beaucoup de marchands étrangers.

Édition 2004 : la foire s'est tenue le dimanche 6 juin.   Bonne affluence. La vente avait déjà commencé samedi après-midi.

Édition 2005 : la foire s'est tenue le dimanche 5 juin.   La vente était autorisée dès le samedi après-midi, où l'affluence modérée n'empêchait pas l'activité, les gens étaient là pour acheter. Le dimanche matin, assez peu de monde, encore moins d'ambiance, des emplacements vides. Sans la fièvre caractéristique, les gens restaient sur leur réserve, et achetaient peu.

Édition 2006 : la vente démarrait le samedi 3 à 14 h, suivie d'une pleine journée de foire le dimanche 4 juin. En effet, les autorités annoncent maintenant régulièrement le début de la vente dès 14 h le samedi, mais la discipline rigoureuse récemment instaurée a été un peu assouplie, et les affaires avaient commencé en fin de matinée à ceux des étalages déjà établis. Affluence modérée le samedi, mais acheteuse.
Le dimanche, au moins 20 % des meilleurs emplacements étaient inoccupés, on remarquait en particulier le vide de ceux traditionnellement occupés par les Photoshop. Et encore, le regain de présence de vendeurs allemands masquait en partie la désaffection des français. Assez peu de monde, ambiance plate. Le numérique ne se prête pas à l'occasion, ce qui détourne les acquéreurs "utilitaires" et les magasins axés sur la vente du neuf, qui reprennent le moins possible.
Allons-nous vers une triste fin de Bièvres ?

Édition 2007 : les 2 et 3 juin.   C'était pas mal, moins de monde, mais des passionnés d'argentique.

Édition 2008 : le 31 mai et le 1er juin.   Toujours sympa, le numérique est maintenant bien présent.

Édition 2009 : le 13 et 14 juin, car décalée au second dimanche de juin pour cause d'élections. J'y ai fait un petit tour le samedi. Moins d'exposants, mais présence soutenue des étrangers, également parmi les visiteurs. Un des plaisirs de Bièvres c'est d'y voir des choses étranges et d'y rencontrer des connaissances; on peut même réunir les deux.

Édition 2010 : les 5 et 6 juin. C'est bien le samedi qu'il faut venir. Le dimanche matin était triste comme tout, un temps d'orage avait détourné le grand public, marchands et marchandises, trempés, séchaient difficilement. L'allée du bas, traditionnellement noire de monde, était plus qu'à moitié vide; l'activité se regroupe sur les allées supérieures. J'espère que l'après midi a permis de rattraper la journée.

Édition 2011 : les 4 et 5 juin

Édition 2012 : la foire s'est tenue les 2 et 3 juin. De moins en moins d'étalages de boutiques photo traditionnelles mais avant tout des professionnels de l'occasion, dont beaucoup d'étrangers. Le samedi était chaud, l'assistance nombreuse engendrait une ambiance active masquant largement le vide d'une partie des emplacements. Les affaires semblent d'ailleurs avoir bien marché, heureusement pour les marchands car le dimanche l'assistance était des plus clairsemée. D'ailleurs, après une nuit de pluie, une partie des étalages du samedi avaient disparu et étaient loin d'être remplacés. Voir une chambre ancienne de trichromie présentée le samedi.

Édition 2013 : les 1er et 2 juin   j'y suis allé samedi.

Édition 2014 : les 7 et 8 juin   j'y suis à nouveau allé le samedi - la vente avait l'air d'avoir commencé en sous main le matin. Un peu moins d'exposants mais plutôt plus de public. Il semble qu'une nouvelle génération de photographes semi-pros (ou pros à temps partiel ... ) apprécie l'argentique, plutôt N&B, et son potentiel d'expression. Ça fait plaisir. La foire s'enrichit en présentation de photos anciennes. J'ai vu un rare Ultra-micro-Nikkor 135 mm, proposé à un prix en rapport avec son statut d'objectif mythique.

Édition 2015 : en 2015, j'ai honteusement sauté Bièvres (6 et 7 juin) et Cormeilles

Édition 2016 : samedi 4 (à partir de 13h) et dimanche 5 juin   -   j'y suis allé samedi; pas mal d'emplacements vides sur le plateau supérieur, signe d'un certain ralentissement. Mais les exposants étrangers restaient bien présents.

Édition 2017 : annoncée pour les samedi 3 et dimanche 4 juin   -   vérifier le moment venu sur le site officiel de la foire.


 

Cormeilles-en-Parisis

Ville natale de DAGUERRE, ce qui a donné l'idée de la foire. Cormeilles Du matériel ancien et récent, mais aussi des images anciennes, qui allègent l'enfilade des stands. Le club met un point d'honneur à accompagner la foire d'un accrochage de travaux de ses membres, d'invités et parfois d'œuvres anciennes de haute qualité. Des associations viennent parfois : le stéréo club de France, de photographes animaliers amateurs, ... L'entrée est gratuite.

L'ensemble de ces caractéristiques font de Cormeilles un lieu original, qui sera, j'espère, préservé.   Photo-Folies lancé en 1996 et chevauchant la date de Cormeilles l'avait vampirisée. La pression a été soulagée avec le positionnement de Photoantica en janvier.


Accès par le train depuis Saint-Lazare (puis un km et demi a pied - navettes mais pas chaque année). Accès facile en voiture par la A15 et stationnement aisé.

Édition 1998 : la foire a eu lieu dimanche 15 novembre. Les travées des stands étaient bien garnies, contrairement à mon inquiétude. Affluence et transactions modestes.

Édition 1999 : égale à elle-même, sympa, mais fréquentation un peu limitée.

Édition 2000 (le 19 novembre) : toujours le même style, mais le nombre d'exposants diminue. Peu de beau matériel. On reste sur l'impression pénible d'un lent dépérissement.

Édition 2001 (le 18 novembre) : exposants habituels, pas beaucoup plus nombreux. Mais une affluence soutenue, du moins le matin; la foire en paraît donc revitalisée.

Édition 2003 (le 16 novembre) : exposants habituels, bonne affluence le matin; plusieurs stands de caméras fin 19ème/début 20ème, mais peu d'images anciennes. Par ailleurs, la traditionnelle expo photo, qui fut brillante, était à un niveau bien banal.

Édition 2004 (le 21 novembre) : exposants habituels; pratiquement pas de matériel numérique. Beaucoup de monde, je n'en ai jamais vu autant à Cormeilles, mais que des nostalgiques de l'argentique et des sortilèges du noir et blanc, aux têtes chenues (j'entrerais assez dans la catégorie). On peut attendre un lent dépérissement du genre, si cette clientèle déjà largement pourvue ne se renouvelle pas, ce qui est fatal si les nouvelles générations, tournées vers le numérique, n'en trouvent pas dans les foires.

Édition 2005 (le 20 novembre) dans la continuité, pas mal de monde le matin, quelques tables vides.

Édition 2006 (le 19 novembre) : affluence très soutenue le matin; exposants habituels, avec, en prime, le Leica M8 en avant première sur le stand de Photo Mac-Mahon !     C'est assez revigorant : on a l'impression qu'après la tourmente de l'arrivée du numérique, les amateurs d'argentique classique ont décanté la situation, et réalisé qu'ils tireront satisfaction de garder l'argentique pour une partie au moins de leurs images. Il est vrai qu'il n'y a parmi eux qu'une petite proportion de jeunes, orientés N&B fine art.

Édition 2008 (le 16 novembre) : affluence assez soutenue. Toujours des images et du matériel argentique assez vétuste, dont une partie significative d'ancien; le matériel récent de bon ou haut niveau est bien minoritaire et plutôt représenté par un peu de numérique; presque pas de grand format actuel.

Édition 2009 : (le 15 novembre)

Édition 2010 : (le 14 novembre)

Édition 2011 : le dimanche 20 novembre 2011 - ben c'était bien. Comme dirait le maréchal Von Apfelstrudel : on ne regrette pas sa soirée.

Édition 2012 : (le 18 novembre)

Édition 2013 : (le 17 novembre)

Édition 2014 : le dimanche 16 novembre - sinistre ! à peine la moitié d'exposants, le public réduit en proportion. Une majorité de matériel poussiéreux voire miteux. Au moins aussi grave : pratiquement pas de visiteurs de moins de 50 ans, plutôt 60 et plus (dont votre serviteur). Ça n'augure pas bien de l'avenir.

Édition 2016 : en principe le 3ème dimanche de novembre, c'est à dire le 20   -   voir le moment venu le site de la ville de Cormeilles.

 

Chelles

La foire a commencé au début des années 80. Elle se tient en mars au centre culturel. Elle dispute à Champerret la place de première rencontre de la région parisienne après Bièvres. De l'ordre de 200 stands en deux salles bourrées, bien fournis. Je m'y suis rendu pour la première fois en 2000. Fléchage inexistant (à cette époque tout au moins) et stationnement vraiment difficile.

Édition 2017 : annoncée pour le 19 mars - vérifier le moment venu : Chelles Multiphot et foire de Chelles

 


Remarque : la foire des Orphelins apprentis d'Auteuil a cessé vers 1995 (si vous lisez ceci en 2016, ce n'est pas une nouveauté !). Photo-Folies, lancé en 1996, n'a duré que jusqu'en 1998, Photo-Antica la remplaçant peu ou prou, jusqu'à son arrêt en 2011. D'autres foires secondaires ont lieu.

  haut de la page

Ailleurs


 
17 avril 2016 : Vienne (matériel ancien)

 
d'autres rencontres sur : Foires et bourses photo
  haut de la page

Les petites annonces

L'annonce papier (à la fin de votre magazine préféré ...) en a un sérieux coup dans l'aile depuis l'essor d'internet. Vous me pardonnerez donc de ne pas citer Chasseur d'Images.


Sites amateurs spécialisés en grand et moyen format

forums de Galerie Photo (une vingtaine d'annonces par jour - tout le monde peut lire, il faut s'inscrire pour intervenir)

Large Format (US) (annonces accessibles sur inscription préalable)

  haut de la page

Boutiques sur internet

Aux US, prévoir les droits de douane, environ 30 %.
Si vous commandez dans l'Union Européenne, pas de droits de douane, mais la TVA est facturée au taux du pays d'expédition. En cas d'exercice de la garantie ou d'un droit de renvoi éventuel, le retour est grandement facilité.
Voici quelques fournisseurs au sérieux incontestable :

Robert White (UK) tous équipements, dont grand format. Des prix ébouriffants sur les Schneider.

Calumet (USA et UK) un catalogue extrêmement complet, tous formats

B&H (USA) déjà signalé ci-dessus. Catalogue universel, jusqu'au moindre accessoire de pratiquement toutes les marques.

  haut de la page


Début photo usgbflagshopping second hand
Accueil Plan du site

 
© <Dominique Césari> - mise à jour septembre 2016