Rubrique pano

 

Montage et réalité virtuelle


Dans cette page : montage sous PhotoVista  - panoramique à 360° ou réalité virtuelle   -  liens
Sommaire des  autres pages  de la rubrique "panoramique"
     

Agecanonix Avertissement : le moins que l'on puisse dire, c'est que cette page date ... LivePicture a été absorbé et dès 2001, PhotoVista avait disparu des étagères (on trouva par la suite aux USA sous le nom commercial de Photovista, un logiciel différent, entre de nouvelles mains).
Les équivalents actuels permettant le montage courant sont désormais intégrés aux logiciels généralistes de traitement d'images. Ils gardent les mêmes grandes lignes.
Il existe toujours des logiciels spécialisés dans le montage de mosaïques, dédiés aux images très lourdes et/ou aux assemblages complexes.


 
  montage sous PhotoVista  

J'avais tenté de scanner en deux passes mes photos au Widelux; je n'ai jamais réussi à masquer le raccord. La juxtaposition géométrique est facile à obtenir mais la densité des deux vues est impossible à harmoniser, sauf pour les virtuoses équipés d'un logiciel puissant.

parapente

Le montage effectué avec PhotoVista de Live Picture est parfait. Il est réalisé avec une facilité déconcertante. On sélectionne les vues à monter dans l'ordre, puis la focale de l'objectif de prise de vues. Le logiciel se charge du reste :

parapente

Photovista est tout simplement génial. La virtual reality a renouvelé le panoramique mais restait pratiquement inaccessible pour l'amateur. L'accès au montage se vulgarise de plus en plus, et c'est tant mieux. Photovista, qui valait dans les 300 F en 1998, était à 90 F (!-?) en septembre 1999 au catalogue d'un revendeur micro. Adobe PhotoDeluxe, distribué en bundle comme des petits pains, comprend désormais le montage panoramique - mais pas le 360 ° sans couture. Le prix raisonnable de PhotoVista ou de ses équivalents  font du montage un must. Outre les vues totales sur 360 ° ils permettent le panoramique en projection linéaire comme cylindrique par montage des vues prises avec un objectif standard ... mon Widelux en prend un grand coup de vieux.


Le mode d'emploi de Photovista est clair mais succinct. Il n'approfondit pas les quelques optimisations accessibles sur ce logiciel grand public :
  • Si vous scannez des dias, veillez bien à éliminer toute surface noire hors champ, qui se traduira irrémédiablement par des virgules noires en haut, en bas et sur les côtés.
  • Engager les dias dans le même sens, pour leur appliquer un cadre de scan constant, car PhotoVista ne peut monter que des images de même format.
  • Créer un cadre avec des retraits suffisants sur les côtés pour éviter toute bande noire au bord de l'image résultante (voir le premier alinéa ci-dessus). Le sauvegarder pour le garder à disposition.
  • Nommez vos fichiers avec un numéro d'ordre, par exemple chambord1.jpg suivi de chambord2.jpg etc... . Ca simplifie le tri.
  • Une analyse à 350 dpi est très suffisante pour le Web et allège le montage.
  • Si vous avez les ressources de calcul adéquates, vous pourrez imprimer en grand format : scannez à 1350 dpi puis sauvegardez in fine en résolution maximale proposée dans la boîte de dialogue (égale au niveau initial de scannage des diapos). Il est intéressant de partir d'un niveau élevé (si possible le maximum, soit 10 sous Photoshop), car le processus global conduit à trois sauvegardes successives sous jpeg, qui ne sont pas innocentes : une pour fournir les vues de base à PhotoVista, une par Photovista pour le résultat, et très certainement une que vous effecturez pour retoucher les pétouilles et autres coins vides sur le résultat.
  • Pour le Widelux : la solution rigoureuse semblerait être la création d'un objectif de 26 mm en format paysage, en cochant "objectif à 180°" dans la boite de dialogue. Le résultat est meilleur en sélectionnant le 50 mm standard. Dans les deux cas désactiver systématiquement la déformation, lors du lancement du montage ("disable warping").
  • Pensez à décocher "panoramique à 360 °" si vous faites un panoramique partiel.

Prise de vue :
  • Réglez la base panoramique de niveau (indispensable) et faites pivoter l'appareil autour du point nodal entrant de l'objectif, surtout s'il y a un premier plan.
  • Essayez de localiser les coupes en dehors de formes géométriques (bâtiments ...) mais en prenant soin d'incorporer un repère bien évident dans la zone de raccord (par exemple un arbre se détachant sur une pelouse). Ca facilite la mise en coïncidence au montage.
  • Prendre garde à ne pas localiser d'objets mobiles dans la bande de raccord. C'est difficile : attendre qu'ils soient bien au milieu d'un cadre, et éviter qu'ils soient en double ! (piétons par exemple).
  • On peut faire les coupes à vue d'oeil dans le viseur d'un reflex : il n'est absolument pas nécessaire de suivre les repères angulaires d'une base panoramique.
  • Balayer le champ pour choisir un couple vitesse/diaphragme intermédiaire. S'y tenir et exposer les vues uniformément, en mode manuel.

En résumé le secret à la prise de vue :

  • base horizontale réglée au niveau 
  • cadrage vertical avec un objectif pas trop large (un 35 mm) 
  • des recouvrements pas trop maigres. 
  • expo manuelle

Le résultat est affichable fixe en plein cadre (fichier .jpg résultant), ou, en utilisant la fonction de Photovista, dans une fenêtre moins large où on le fait défiler.

Haut de la page

     

La vallée de Chaudefour vue du belvédère de l'Aigle (Auvergne).
Vallée de Chaudefour, Puy de Sancy depuis le Rocher de l'aigle
Prévu pour être monté en dynamique, ce panorama crée presque un malaise à être vu en statique.
En revanche, si vous chargez la version lourde, dont la taille dépasse intentionnellement celle de l'écran,
l'image défile dans la fenêtre, recréant l'illusion du panoramique, qui devient beaucoup plus équilibré.

Montage de 6 vues 28 mm PC Nikkor
décentrées de 5 mm vers le bas.
Prise de vue à main levée.

 

 

exemples de panos sur 180 °

 

du jardin anglais de Chantilly (106 k). Je l'ai réalisé à main levée en quatre vues au 35 mm.

d'une résidence de vacances du Var. Montage de 5 vues au 24 mm - le recouvrement est généreux. Une des difficultés de la prise de vue était d'éviter de localiser dans les zones de recouvrement des personnes qui se seraient déplacées. J'ai du réaliser 7 vues pour en retenir 5.

      Haut de la page
  les épines  

Tout n'est pas rose :

Il y a des risques d'échec au montage avec des sujets de forme géométrique (tels que les bâtiments). Pour les vues sans forme géométrique régulière, la tolérance est beaucoup plus grande, autorisant même la prise de vue à main levée : l'essentiel est de viser en gardant l'horizon bien à plat au même niveau - obligatoirement au milieu du cadre avec un objectif classique, éventuellement décalé avec un objectif à décentrement. 

C'est pour illustrer cette possibilité que je montre la vue de Chantilly. J'ai du réaligner à la main au montage, car les points singuliers à la cime des arbres pouvant servir de repères se mélangeaient. Le décalage vers le bas de l'horizon est obtenu par recadrage après montage.

Pour la résidence du Var, j'ai eu tort d'utiliser un polarisant, dont l'effet est désagréablement irrégulier (plus sombre au centre), en raison de la rotation par rapport à la direction du Soleil. Mais je la montre surtout pour illustrer les limites de restitution du panoramique : cette vue, affichée en taille minimum, donne l'impression d'un horizon courbe et de bâtiments bombés. C'est fatal et inhérent au très grand champ embrassé : ces effets s'atténuent si on imprime la vue dans un format plus grand (cinquante centimètres de largeur ou plus). Ils disparaîtraient sur un tirage suffisamment grand disposé en cylindre autour des yeux de l'observateur, que celui-ci balayerait du regard en voyant chaque portion de face (comme je suis très myope, je peux voir net un tirage de 50 cm disposé en cercle).

PhotoVista vise la simplicité maximum et présente moins de réglages fins que ses concurrents. Tel quel il permet d'entrer dans un monde nouveau.

      Haut de la page
 

pano sur 360 ° ou "réalité virtuelle"

 

Si au lieu de prendre les vues d'un panoramique partiel, vous avez entrepris de photographier sur 360°, le panoramique peut être monté sans couture. Il est affiché en défilement continu, sans point d'interruption, puisqu'il a en quelque sorte acquis une dimension de plus et ne se présente plus à plat.

Fantastique pour restituer un panorama total, mais aussi pour les espaces clos (grottes, halls etc..)

  exemples  
La vallée de Chaudefour (Auvergne) avec le Puy de Sancy vue du belvédère de l'Aigle
léger (74 k) ou lourd (286 k)  (montage de 5 vues au Widelux - le recouvrement est de l'ordre de 35 % sur chaque bord compte tenu des chutes au scannage)
 
Un carrefour à la Défense léger (50 k).  (montage de 12 vues au 28 mm en cadrage vertical - le recouvrement est de l'ordre de 20 % sur chaque bord)

 

  mise en ligne du résultat  

La mise en ligne a évolué selon les versions. Au début par chargement du pano sur un site d'hébergement dédié qui le servait à la demande, puis par un plug-in à télécharger par les utilisateurs.

La version que j'ai (du début 1999) comporte des scripts  Java à recopier sur le site d'hébergement, que le surfeur importe pendant sa session.

Pas de problème de fond mais un piège caché : lorsqu'on crée un panoramique, Photovista génère un fichier .ivr de 1 ou 2 K comportant les paramètres de lecture. Ce fichier pointe vers l'image, qu'il a désignée en .JPG. Si votre hébergeur fonctionne sous Unix ou sous un autre système prenant en compte la capitalisation, ça ne marche pas (.jpg et .JPG sont reconnus différemment).

Petite difficulté classique et bien connue des créateurs de pages html, sauf que là c'est caché dans le fichier .ivr résultant et que ce n'est dit nulle part dans le mode d'emploi.

Il vous suffit de renommer votre pano en .JPG et ça roule. Par exemple chambord.jpg en chambord.JPG . Heureusement la hot-line de PhotoVista m'a aimablement renseigné (fourbissez votre anglais). Il semble que ce problème ait été réglé dans les dernières livraisons.

A part ça, ne pas être trop ambitieux sur la taille de la fenêtre d'affichage pour limiter la lourdeur du fichier image nécessaire.

Haut de la page

 

optimisez la prise de vues

 

La prise en main du logiciel nécessite des tâtonnements. J'ai commencé par tester :

  • le nombre de vues nécessaires pour une focale déterminée. Par exemple pour le 28 mm en cadrage vertical (portrait), Live Picture recommande 14 vues. J'ai fait un essai avec 12 vues, qui fonctionne très bien, au prix d'une perte plus prononcée en haut et en bas sur l'image assemblée.
    Il ne s'agit pas d'être gagne-petit. Avec une rotule ordinaire, repérée par dizaines de degrés, c'est bien plus commode d'échelonner 12 vues que 14. On peut en outre enchaîner 3 panos complets sur une pellicule. (Kaidan prend encore plus de marge en recommandant 16 ou 18 vues) 
  • la densité optimale des diapos. Il est bien connu que les dias sous ex d'un tiers de diaph sont plus profondes en projection mais que pour des tirages il vaut mieux surexposer. Les scanners premier prix sont mauvais sur les fortes densités (c'est le cas de mon Nikon LS20). Il vaut mieux être surex d'un diaph, tout au moins sur les reflex "experts" calés 1/3 de diaph sous-ex.
  • les marges de réserve à prévoir à la prise de vue en relation avec la coupe "en hirondelle" au montage. En effet, pour une bonne restitution de l'espace, il faut garder active la correction qui rapetisse progressivement les bords droit et gauche, induisant une coupe sévère en haut et en bas ... de quoi ruiner un panoramique si un sujet essentiel est tronqué. Autant j'indique ci-dessus qu'on peut passer en 12 vues au 28 mm, pour faire un panoramqiue circulaire, qui n'est destiné qu'au web, autant la solution pour une vue soignée destinée à l'impression n'est pas le grand angle. Plus l'angle est large, plus la correction des bords en hauteur est importante et plus la perte du champ au centre est accentuée. Ceci justifie le cadrage vertical (systématique sur les présentations des catalogues d'accessoires panoramiques), associé à des objectifs de focale pas trop courte, 35 mm minimum.
  • essayez un objectif à décentrement si vous en disposez. Pour éviter des vues avec la moitié de pelouse en premier plan et/ou des monuments tronqués, c'est essentiel de décentrer. QVR d'Adobe est prévu pour, pas PhotoVista en principe.
  • Au vu de premiers essais, PhotoVista digère le décalage de champ vertical des objectifs à décentrement tant que les zones de raccord sont relativement neutres (voir le panoramique de la vallée de Chaudefour ci-dessus).

    En revanche, lorsqu'il y a des détails géométriques contrastés dans la zone de raccord, le rendu est chaotique : le logiciel emprunte un micro détail à une zone et un autre à l'autre, dans un patchwork cubiste.

  • raccord ratéCi-contre l'hôpital Robert Debré - détail de la zone de collage de deux vues - Photovista n'a pas pu raccorder correctement ces vues décentrées

      Haut de la page
     

A la base, les logiciels de réalité virtuelle sont faits pour monter des vues prises avec des objectifs classiques. Dans ces conditions il est pratiquement impossible de fixer un panorama comportant des sujets mobiles situés à courte distance (une piste de danse par exemple). Les bandes de raccord multiples comportent fatalement des coupes d'objets mobiles, qui se traduiront par un flou après montage.

Ceci laisse un champ d'application spécifique aux appareils panoramiques circulaires, qui permettent de minimiser les recouvrements et donc d'inclure des sujets mobiles. Pour les exploiter, on les scanne en deux fois, et on raccorde les morceaux avec un logiciel. Il vaut mieux un logiciel plus perfectionné que PhotoVista, qui ne gère qu'imparfaitement les panoramiques circulaires comme les objectifs à décentrement. La solution de luxe est un scanner moyen format (pour les images 24x60 mm sur film 135), ou grand format (pour les images sur film 120).

 

  liens

 
PhotoVista de Live Picture.

Logiciels concurrents :
Quick Time VR d'Adobe la référence
Spin de PictureWorks (circa 80$ aux USA)
Nodester de Roundabout logic (circa 150$ aux USA)
PMVR applet java de montage en shareware (29,95$), dont le nom signifie humblement Poor Man's Virtual Reality

IQTVRA association de créateurs de panoramiques en réalité virtuelle.
comparaison Spin/Nodester par Kyriemulti, créateur indépendant.
Kaidan fabricant de rotules panoramiques spécial VR (dont certaines avec encliquetage)
Manfrotto, fabricant d'une trés complète mais lourde rotule de QTVR.

Gérard PERRON, Claude PAUQUET réalisateurs de photographies en 360°
Stone pages site sur les mégalithes par Paola Arioso et Diego Meozzi (nombreux panoramas de haute qualité)
Michel Dusariez

Selon votre humeur, culturelle ou plus martiale, visites panoramiques du Musée d'Orsay, du Château de Groussay (conseillée), ou du porte-avions Charles-de-Gaulle ou du char Leclerc. Pour continuer sur des contrepoints : trois panos du château de Versailles, ou les centrales nucléaires EDF ?

 

  autres pages pano

 

 
introduction :

Le matériel  :

Un classique en projection circulaire : le Widelux F8

Un panoramique grand angle : le Fotoman 617

Le point nodal

 

  Début photo to Photography       accueil
Accueil
plan du site
Plan
Haut de la page  
Copyright de l'auteur : © <Dominique Césari>
Dernière mise à jour : Dimanche 4 mars 2001